Déjeuner Impérial (2018) | Les Trois Mousquetaires

Facebook   

Image
See english review below

Bière : Déjeuner Impérial (2018)
Brasserie : Les Trois Mousquetaires
Facebook Twitter Instagram
Style : Stout impérial élevée en fûts de bourbon de 12 ans d’âge avec bois d’érable torréfié et sirop d’érable, infusée à froid avec du café

Apv : 11.5% Service : 10-12°C

Apparence : Dense et visqueuse, comme une huile à moteur usée et abusée. Petite mousse fine moka, ferme et uniforme, qui résiste pendant un certain moment.

Nez : De l’intensité. Grandiosement complexe et étagé. Le caractère épicé d’un chêne mature se distingue avec des notes de cardamome, muscade, cinq épices et de vanille boisée. Un café espresso corsé de qualité bondit hors du verre. Noisettes. Pâte d’amande, celle qui rappelle le croissant dessert de pâtisserie. Noix grillées caramélisées. Tire d’érable. Caramel fumé. Chocolat noir et cacao en poudre. Réglisse plus discrète. J’ai des souvenirs de viennoiseries et de muffin moite double choco et de brownies brulés tout le tour, mais bien mous au centre.

Guimauve grillée sur un feu de camp. Tabac. Mélasse. Fruits foncés séchés (pruneaux, cerises noires, dates, raisins sultana). Fruit et chocolat se combinent pour donner des notes de friandise raisinettes Glosette. Le côté cerise du bourbon, lui, apporte un doux souvenir de Cherry Blossom sirupeux. Une colonne maltée de la grosseur d’un séquoia supporte de main de maitre cette bière gigantesque (miche grillée, biscuit). Le fruit demeure du côté de la gourmandise et devient confituré (mures, baies, prunes rouges).

Bouche : Le bourbon s’impose, mais demeure mature et civilisé. Chêne épicé. Vanille crémeuse. Cerises gourmandes. Cinq-épices poivré. Fruits séchés (figues, dates, prunes). Une colonne maltée gigantesque, combinée aux notes d’érable et de vanille vient vraiment mettre l’accent sur le côté pâtisserie. Un chocolat au caractère décadent s’exprime de différentes façons (brownies, fudge, choco 70 %, sirop à sundae).Réglisse gourmet. Café noir terreux acéré. Sucre de canne brut. Pain grillé.

La buvabilité demeure haute, malgré un effet en bouche riche et copieux, un peu sirupeux. De l’alcool, sans agressivité, vient nous réchauffer les entrailles. Sirop d’érable robuste et foncé. Crêpes. Baklava. Noix mélangées caramélisées. Tellement de malt, que l’on peut presque le mâcher. Ça évoque un peu le pain pumpernickel et la miche blanche bien fraiche. Tanins de chêne doux, sans l’astringence qui peut être présente avec un whisky jeune ou un baril de moindre qualité. Café noir fort infusé à froid. Bonbon à l’érable. Liqueur de café. Amaretto et huile d’amande. Un bourbon bien barriqué est omniprésent. Un peu de mélasse. Une pointe mielleuse.

Après un bon moment avec la bête, je retrouve un peu de cette boule de chocolat à l’orange Terry’s que ma tante avait l’habitude de m’offrir durant les fêtes. Après un an, le houblon s’est assagi et le 50ibu, ressemble plus à un 30. Cependant, on peut encore déceler un peu de pin et de pamplemousse en finale.

Accords : Escargots / Champignons / Canard / Agneau / Boeuf. Sur mesure pour clore la soirée ou pour souligner une occasion spéciale. Un bon choix pour offrir en cadeau à un amateur averti.

Résumé : Une déclaration d’amour en bouteille. Une ode à l’excès. Un café, un dessert et une bière, dans une expérience tout-en-un. À mesure qu’on la consomme, elle réchauffe notre être et donne le gout de faire des bêtises. Le caractère intoxicant du bourbon est délicieux. On remarque que l’on a affaire à un bourbon de qualité supérieur, versus un Jim Beam ou un Jack D. standard. À part l’effervescence un peu plus faible qu’anticipée, ceci est vraiment à la hauteur de mes attentes, qui étaient assez hautes après une année entière. Attention, elle est sournoise et on ralentit la cadence après le premier verre. Et pourtant, elle demeure irrésistible. LTM vient réaffirmer qu’ils sont parmi les maîtres à ce qui a trait aux grosses bières fortes barriquées.

Santé!

On recommande : Oui
On en rachète : Oui
Note : 100/100

Facebook Twitter

Beer : Déjeuner Impérial (2018)
Brewery : Les Trois Mousquetaires
Facebook Twitter Instagram
Style : Bourbon barrel aged Imperial Stout with coffee and maple syrup
Abv : 11.5% Serving temp :  10-12°C

Appearance : Dense, thick and viscous, like used motor oil. A small deep mocha head is slowly formed by fine uniform bubbles that have a hard time staying around. This beer needs about 15-20 minutes out of the fridge at room temp prior to serving.

Nose : This is hugely complex, super layered and very intense. You get a forward barrel character in the form of cardamon, nutmeg, baking spices and heavy charred oak. An in-your-face, high-quality dark roasted coffee is jumping out the glass. Some marzipan and hazelnuts. Almond paste crescent. Roasted nuts. Smoky toffee. Tire d’érable. Woodsy vanilla. Dark chocolate and dry cocoa powder. Licorice. I get flashbacks of double chocolate muffins or decadent fudge brownies. This beer would be at home in a smoky maple shack. Think of a caramelized sweet bun or a warm pastry shop. A soul-warming quality bourbon is hugging the nose.

Toasted marshmallow. Light campfire. Tobacco. Molasses. Heavy dark fruits (dried prune, dark cherry, dates, sultana raisins). Combined with the forward chocolate notes of the base beer, you get some of those Glosette raisinetes candy. The Bourbon and the Stout fusing together also reminds me of a Cherry Blossom candy, a true childhood’s favourite. A big sweet bready malt is holding strongly underneath (baked crust, toasted bread loaf, biscuit). Fresh and conserve fruits (red plums, hint of berry jam, blackberry jam).

Taste : The Bourbon is assertive. Mature and dominant. But not hot or burning. Rather, it’s very refined and well-behaved. You get beautiful strong charred oak, creamy vanilla, ripened black cherry and peppery baking spices (nutmeg, cinnamon, clove). The nose follows in the taste with still some dried (plums, figs and dates). The gigantic malt backbone, combined with the maple wood and the vanilla from the oak really put the emphasis on the caramelized notes. A decadent chocolate character (slightly burnt brownies, big fudge, intense dark choco, sundae syrup). Some gourmet licorice and earthy dark roasted coffee. Raw brow sugar.

The drinkability is very high for style. The mouthfeel is rich and full, with a slightly slick and syrupy quality. Some harshness-free, chest warming alcohol gently hugs the palate. Dark maple syrup. Pancake. Baklava. Caramelized mixed nuts. The malt has some chewiness to it (sweet bread dough, caramel toast, creme de leche). Hint of artisan pumpernickel bread and freshly baked whole wheat loaf. Soft oak tannin, but none of the astringency that you might get from a younger spirit or less quality cask. Strong cold brew coffee. Hard maple candy. Coffee liquor. Amaretto and sweet almond oil. More maple and coffee in the finish. Oaky bourbon is present from start to finish. Hint of molasses, subtle honey.

After a while, I also get that chocolate-orange ball candy that my aunt used to buy me during the holidays. The hops have subsided and this feels more like 30 ibu than 50 at this point. Still, there’s a hint of piny evergreen and faint grapefruit peel. Light black pepper, with a lip-smacking sweetness in the finish. This is immense!

Food Pairings : This is a true night cap, perfect after a fine hearty dinner (things like snails, mushrooms, duck, lamb, roasted beef) or as a standalone drink to highlight a special occasion. A great bottle to share with a select few during the holidays or to offer as a gift to a die-hard craft beer lover.

Overall : A declaration of love in a bottle. An ode to excess. A coffee, a dessert and a beer, in an all in one experience. Once consumed, it warms up your entire body and makes you want to do naughty things. Beside the ever so slightly low carbonation, this is truly up to my expectations, which were rather high after waiting an entire year. The intoxicating bourbon character is so delicious, you can tell this a good notch above a regular Jim Bean or Jack D. Temperature is critical as drinking this cold would be a sin. It’s a creeper and you tend to slow your role after the first glass, yet you are compelled to be back for more. Bottom line, LTM confirms that they are amongst the masters of big abv BA beers.

Cheers!

Recommended : Yes
Will buy again : Yes
Rating : 100/100

Suivez HOP! Kombucha
Kombucha Artisanale Houblonné Facebook Twitter

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s